Zone de Texte: Et c’est parti, Christophe démarre sans crainte pour sa « mise-en-plis »...
(...mais arrête donc de grandir… !)

Georges Irat veille sur nous et actionne de là-haut un pilotage à vue…. Car,
noyé lui aussi, le pare-brise nous refuse 
la vision sur les champs de Noyers





    


                Vive le roadster  
                         sans glaces latérales.    

"La sortie des Allobroges"

 

Les 13 - 14 et 15 Mai 2010

C’est à l’hôtel « Golf Grenoble Charmeil » que Joëlle et Jean-Pierre SALES

 accueillent les dames, avec un brun de muguet, et les messieurs, avec le sourire,

 pour la 16eme rencontre du CLUB,

et la « Sortie des ALLOBROGES »

Surprise sur le parking de l’ hôtel : Quatre Georges Irat inconnues  ?

Celle de Pierre Philippe (à voir dans « la Gazelle » 2010), celle d’Yvan Crespel, celle d’Eric Mulot, qui participent à leur première rencontre. Mais aussi, plus connue, celle de Roger Macia qui pour l’occasion avait revêtue sa robe rouge d’origine… bravo Roger !

 

Le temps de se changer

et c’est déjà l’heure de

l’assemblée générale.

Le président nous donne les

dernières nouvelles du Club,

et les comptes… au beau fixe.

Les élections font entrer

Gilles Perrissin-Fabert

pour de bon au sein du bureau.

Au nom de tous les membres Michel remet le cadeau traditionnel aux G. O. ,

 

alors que Jean-Pierre et Joëlle remettent à chaque équipage une horloge en véritable noyer de

Saint-Quentin sur Isère.

 

 Et Jean-Pierre en profite pour  rappeler les horaires de départ de chaque étape…  tôt le matin…

pas d’excuses : Horaires à la noix…

Horloge en noyer !

 

Traditionnellement Gilles procède à la remise du Trophée

qui cette année revient à notre Président Michel PIAT

cette fois c’est un piston allégé de compétition !

 

Après toutes ces émotions arrive le moment très apprécié de « l’apéro »…, excellent, à base de chartreuse verte,

et le plaisir de faire plus ample connaissance avec des nouveaux venus bien sympathiques.

Page suivante ne manquez pas les très beaux reportages photos, envoyés par Odile et Jean Widloecher, et Gérard Lapointe

 

 

 

 

 

 

 

Ce qui met tout le monde en appétit, un appétit qui s’aiguise encore davantage à la lecture du Menu…

 

Tout se conjugue pour

mettre les équipages d’excellente humeur, et cela malgré une météo pour le moins  pessimiste...

 

 

 

 

Bon appétit
à Tous !Jeudi 13 Mai 2010Vendredi 14 Mai 2010

L’horloge en noyer, sans pitié, sonne l’heure d’un départ…

complètement noyé…

 

Certains téméraires,

comme Alain, décapotent…

(d’après ouï dire, il parait qu’ « avec une capote on a moins de plaisir... »)

Pour Pierre Philippe pas de capote… : en compétition les autos en sont dépourvues,

bien entendu.

 

 

 

 

...une véritable d’histoire d’Amour

que tous écoutent avec beaucoup

d’attention et d’intérêt.

Une halte à Vinay nous fait découvrir le musée « du grand séchoir » et la méthode de fécondation du noyer…

Le grand séchoir
à noix de Vinay

 

Mais, alors que les noix sèchent, …

 

...dehors

les  voitures

mouillent ...

Zone de Texte: Nous voici en route pour Beauvoir en Royans, 
haut lieu des souverains du Dauphiné, et visite de
l’ancien couvent des Carmes,
via le domaine de Jean-Pierre où il eut sa première apparition : « une Georges-Irat-
immaculée-concept-car »

C’est en longeant les ruines impressionnantes du château de Beauvoir (considéré comme le Versailles de la province),  que nous découvrons et visitons le couvent des Carmes, fondé par le dauphin Humbert II en 1343. Transformé en musée , il est aussi un lieu d’ exposition, ethno-botanique.

 

Dans un cadre superbe, surplombant la vallée de l’Isère, sous les contreforts  du massif du Vercors,  se situe le berceau des Dauphins. Le dernier prince Humbert II, qui conduisit la dernière croisade, vendit le Dauphiné à la France.

C’est ici que Joëlle (et sa maman, à gauche), et Jean-Pierre, nous offrent quelques bonnes spécialités de la région, sur canapés comme « la caillette » du Dauphiné, le bleu du Dauphiné, etc… arrosés de boissons fraîches, et d’un apéritif à la noix, excellent !

Après la visite du Musée des Dauphins et du Musée de la Flore, nous reprenons la route qui nous conduit à Pont-en-Royans,

http://www.golfhotelcharmeil.com

(le pays de Joëlle) où nous stationnons, au bord de la Bourne…

à proximité du musée de l’eau, et des col verts

 

Nous profitons, avant de passer à table au restaurant du musée de l’eau, d’une vue splendide sur le cours de la Bourne

et sur les maisons suspendues du village de Pont-en-Royans (inscrites aux monuments historiques).

Un succulent repas de roi avec dessert à la noix...

 

...avec une très jolie vue panoramique sur le village,

le restaurant nous offre une subtile palette de produits régionaux, cuisinés avec soins, dont les fameuses

Raviolles de Royans.

Et c’est bien repus que nous passons à la visite

du Musée de l’eau.

 

MUSEE DE L’EAU

http://www.musee-eau.com

Une visite très intéressante, où Roger est invité à nous faire part de ses connaissances…

Suivie d’une dégustation d’eau minérale, de tous pays, dont la fameuse « Chateldon »…

réservée à l’Elite !